Ministère de l'Awqaf et des affaires islamiques :: Dr. Fares Al-Mostapha: Faire le bien et aider les gens ne sont pas d'actes surérogatoires mais une obligation divine
Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Dr. Fares Al-Mostapha: Faire le bien et aider les gens ne sont pas d'actes surérogatoires mais une obligation divine
Depuis le début de l'histoire, l'individu est faible s'il n'est pas en groupe mais est puissant s'il est dans une communauté, et le fait de sentir de la faiblesse pousse certainement  tout individu à coopérer avec autrui dans n'importe quel domaine.
   Personne, quelle que soit sa situation, ne peut vivre en isolement, car cela contredit la nature humaine et innée, et c'est pourquoi Allah, exalté soit-Il, a appelé les individus à la coopération, à condition que cette coopération soit basée sur la bienfaisance et la piété et non sur la turpitude et l'agression.
   Dr. Fares Al-Mostapha, prédicateur et conférencier, a souligné que d'aucuns adoptent d'idées erronées sur les bonnes actions, et croient qu'elles se limitent à l'exercice de rites religieux uniquement, et ne savent pas que cela doit s'étendre également à la coopération dans les domaines de bienfaisance. Ils ont donc tort.
  Les premiers musulmans ont appris leur religion à travers les bonnes actions et les actes de bienfaisance qui ne sont pas d'actes surérogatoires mais font partie des obligations en Islam.
  Les portes du Paradis sont grandes ouvertes devant la personne qui fait des bonnes actions, quelles que soient ces actions.
  Allah, exalté soit-Il, dans le Coran a lié les bonnes actions à la foi, et Il a fait d'elles un signe de la bonne foi.  
  A l'ére contemporaine, un des exemples éminents en terme d'amour de bonnes actions, celui du médecin et prédicateur koweitien, Abdul Rahman Al-Sumait, (miséricorde d'Allah sur lui), qui sera toujours un modéle à suivre dans le domaine caritatif et dans le domaine de prédication.
  Grâce à lui, plus de 11 millions personnes en Afrique se sont converties à l'Islam, et a pu construire des milliers de mosquées et d'écoles et a creusé des milliers de puits.
  Durant toute sa vie, marquée de persévérance et de dévouement pour les gens , et ses bonnes actions en témoignent.
  Une question s'impose: pourquoi il ne faut pas tarder à faire les bonnes actions?
  Selon dr. Fares; premiérement, faire les bonnes actions et aider les gens est un ordre divin, à l'instar de la priére, du jeûne et les autres obligations.
{O vous qui croyez! Inclinez-vous, prosternez-vous, adorez votre Seigneur, et faites le bien. Peut-être réussirez vous!} [Al-Hajj]. Il s'agit donc d'une obligation à laquelle tout le monde doit se conformer car cela ne se limite pas à une chose particuliére ou à des conditions particuliéres.
  Deuxiémement; faire des bonnes actions est un signe qu'Allah, exalté soit-Il, aime celui qui y procéde. Selon un hadith rapporté par Al-Tabarani, Allah aime le plus, la personne qui est utile pour les gens.
  Troisiémement; s'abstenir de faire des bonne actions est un acte désapprouvé et n'a rien à voir avec la moralité.
{grand empêcheur du bien, transgresseur, grand pécheur,} [Al-Qalam:12].
 {qui sont pleins d'ostentation, (6) et refusent l'ustensile (à celui qui en a besoin) (7)} [Al-Ma'un:6-7].
  Quatriémement; le Prophéte, priére et salut sur lui, veillait à apprendre aux gens à faire des bonnes actions et ce en liant la bienfaisance à la rétribution accordée pour l'aumône surérogatoire faite.
  Le fait de sourire à autrui constitue une aumône surérogatoire; ainsi qu'établir l'égalité entre deux personnes, ou aider un homme à monter à bord de sa monture, ou lui porter ses affaires (si elles sont lourdes), ou dire des propos aimables, ou faire des pas pour aller prier, ou éliminer un mal dans la rue; selon un hadith rapporté par Boukhari et Muslim.
  L'individu , par nature aime l'argent et les bienfaits du bas-monde, mais le vrai croyant qui reçoit les lumiéres divines, et reçoit les inspirations (divines), sait comment changer sa nature et être à l'écart des qualités liées à l'amour de possession, et peut ensuite les transformer en vertus liées au dévouement et à la générosité dans le sentier d'Allah, acte qu'il peut faire en secret ou en public.
  Quand l'individu se débarrasse de la cupudité et s'attache avec amour à la charia, il sera au Paradis.
  C'est pourquoi, le bonheur au bas-monde et dans l'au-delà, exige de procéder à aider les autres et leur prêter main forte sans se soucier de leur état, couleur ou ethnie, car aider autrui est un objectif sublime dans toutes les religions célestes.


plan du site
Plaintes et suggestions
Temps de prière
vote


Ajoutez votre e-mail
 
 
page 

hits counter
Ministère de l'Awqaf et des affaires islamiques - Etat du Koweit